Quelques conseils simples pour l’arrosage permettent d’optimiser les apports en eau, en phase avec les besoins de vos plantes, le type de sol de votre jardin, votre climat.

Le bon moment pour arroser

L’importance des arrosages et leur fréquence dépendent de nombreux paramètres. Voici quelques conseils d’ordre général et de bon sens qui amélioreront l’efficacité de vos arrosages :

  • N'arroser que si c'est nécessaire, après avoir vérifié l'état de l'humidité du sol en dessous de la couche superficielle.
  • Regarder la météo : inutile d'arroser si la pluie est annoncée dans les heures qui suivent !
  • Arroser au petit matin avant les premiers rayons du soleil en demi-saison, et en été avant le coucher du soleil (l’arrosage du soir augmente le risque de maladies).
  • Éviter d’arroser au cours de la journée et surtout en plein soleil (évaporation maximale, risque de brûlures sur les feuilles (effet loupe des gouttes d’eau) et mauvaise utilisation de l’eau par les plantes).
  • Arroser des plantes assoiffées 24 heures avant de leur apporter de l’engrais.

Comment arroser

  • Privilégier les apports d’eau au niveau du sol plutôt que l’arrosage sur le feuillage. Cela évite le développement des maladies.
  • Les systèmes d’irrigation en goutte à goutte ou en micro aspersion permette une meilleure distribution de l’eau. Un programmateur est vivement conseillé, pour diffuser l’eau au moment le plus propice.

Adaptez l'arrosage au type de sol et au type de plantes

Dans un sol argileux, vous pouvez arroser de manière abondante et peu fréquente. Dans un sol sableux drainant, il vaut mieux arroser plus souvent en plus petites quantités.

La nature du sol influence le choix du dispositif d’irrigation localisée :

  • En sol argileux, lourd : utilisez des goutteurs et/ou tuyaux micro-poreux à même le sol,
  • En sol sableux, léger : préférez des micro-asperseurs sous la végétation.

Pour les arbustes et grandes plantes, constituez une large cuvette autour du tronc et arrosez manuellement en espaçant progressivement les fréquences.

Rappelons enfin que le choix judicieux des végétaux, associé à la généralisation des méthodes de paillage, permet une réduction appréciable des apports d’eau d’arrosage.

Gérer la fréquence et les quantités d’eau

Indépendamment des contraintes liées à la nature du sol ; une gestion raisonnée de l’eau facilite l’enracinement des plantes en profondeur en leur permettant ainsi d’utiliser un plus grand volume de sol pour mieux se nourrir.

Après plantation pratiquez des arrosages fréquents et peu abondants  pour favoriser le départ de nouvelles racines les plus nombreuses possibles.

Dans une seconde phase, espacez progressivement les apports tout en augmentant  les quantités à chaque apport, pour obliger les plantes à rechercher l’eau en profondeur

Utiliser l’eau de récupération

L'eau de pluie qui tombe sur votre toit peut aisément être récupérée, grâce à une citerne branchée sur la gouttière. Attention cependant à la qualité de l'eau de pluie après une longue période de sécheresse, avec des risques de dépôts dans la citerne !

 

Infos copiées du site (cliquer sur l'image pour aller sur le lien) 

logo-concours